mardi 28 février 2012

Interactions entre plantes chinoises et médicaments


Prévention des interactions entre les plantes médicinales et les médicaments:
Une interaction possible concerne la possibilité qu'une substance affecte l'assimilation ou l'efficacité clinique d'une autre substance quand deux substances ou plus sont prises ensemble.

La plupart des interactions possible peuvent être classifiées en deux catégories : interaction pharmacocinétique et pharmacodynamique.

Les interactions pharmacocinétiques
Les interactions pharmacocinétiques référent à tout changement dans l'absorption, la distribution, la transformation, le métabolisme et l'élimination des molécules des plantes ou des médicaments dans le corps humain.

L'absorption
La majorité de l'absorption a lieu dans les intestins quand les plantes ou les médicaments passent de la paroi des intestins pour entrer dans le sang.

Des médicaments comme Questran (cholestyramine), Colestid (colestipol), Carafate (sucralfate) peuvent lier les molécules des plantes et empêcher celles-ci de passer à travers la paroi des intestins en les rendant trop grosses.

D'autres médicaments qui changent le PH de l'estomac comme les antiacides, Tagamet (cimetidine), Pepcid (famotidine), Axid (nizatidine), Santac (ranitidine) et Prilosec (omeprazole) vont neutraliser, décroître ou inhiber la sécrétion de l'acide gastrique. Cela peut diminuer la décomposition des substances dans l'estomac et provoquer une pauvre absorption dans les intestins. Pour éviter cela, il suffit de séparer la prise des plantes et de ces médicaments de deux heures.

Les médicaments qui agissent sur la motilité intestinale c'est à dire le temps de passage du bol alimentaire de l'estomac au rectum, vont influencer l'absorption. Les médicaments comme Reglan (metoclopramide) et Propulsid (cisapride) en augmentant la motilité intestinale, vont diminuer l'absorption des plantes médicinales. Des médicaments comme Haldol (haloperidol)

en diminuant la motilité intestinale vont augmenter l'absorption des plantes médicinales. Il pourra être nécessaire d'augmenter ou de diminuer le dosage des plantes médicinales en fonction de cela.

Distribution
La notion de distribution réfère au processus par lequel les plantes ou les médicaments sont apportés aux différentes parties du corps. Il y très peu d'interactions connues dans le processus de distribution entre les plantes et les médicaments sauf pour des médicaments comme le Coumadin (warfarin) qui ont une marge de sécurité très faible et une grande capacité de se lier aux protéines. Coumadin un anticoagulant, interagit avec beaucoup de médicaments, de vitamines, d'aliments et de plantes à travers différents mécanismes. Il est difficile de prévoir si telle ou telle plante va interagir avec le Coumadin. La prudence est donc de mise : dosage faible au début et suivi serré. Si le patient montre des signes de saignements ou d'hématomes, son médecin traitant doit être averti immédiatement.

Le métabolisme
La plupart des plantes médicinales et des médicaments sont métabolisés par le foie pour inactiver leurs dérivés. La vitesse que prend le foie pour métaboliser ces subtances, détermine la période de temps que ces plantes ou médicaments restent dans le corps. Si le foie est stimulé, ces plantes ou médicaments vont devenir inactives plus rapidement et leur efficacité va diminuer. Ces médicaments n'ont pas un effet immédiat mais sur plusieurs semaines. Dilantin (phenytoin), Tegretol (carbamazepine), phénobarbitals et refampin sont des exemples de médicaments qui accélère le métabolisme du foie. Le patient peut avoir besoin de plus grande dose de plantes pour avoir l'efficacité souhaité. Les médicaments qui inhibent le métabolisme du foie comme Tagamet (cimetidine), erythromycin, éthanol, Diflucan (fluconazole), Sporonox (itraconazole) et Nizoral (ketoconazole), peuvent nécessité un dosage réduit de plantes pour éviter des effets secondaires.

Élimination
Comme le foie, les reins sont responsable d'éliminer plantes et médicaments du corps. Certains médicaments comme amphoterici, méthotrexate, tobramicin et gentimicin , endommage les reins et diminuent ses capacités d'élimination. Il serait prudent dans ces cas de diminuer les dosages de plantes.

Interactions pharmacodynamiques
La pharmacodynamique réfère aux actions antogoniques ou synergiques des plantes ou des médicaments entre eux. Une action synergique arrive lorsque deux substances ont des propriétés identiques, dont additionnent ou multiplient leurs actions. Une action antagonique signifie qu'elle diminue ou annule leur effet thérapeutique. Ce type d'interaction est plus difficile à prévoir que les interactions pharmacocinétiques. La prudence commande de suivre de près les patients et de réagir à tout signe, symptôme ou réaction anormale.

Interactions pharmacodynamiques entre plantes médicinales
Heureusement ce type d'interaction est bien documenté en pharmacopée chinoise. Tout bon livre de matéria médica en pharmacopée chinoise débute par un chapitre expliquant ces phénomènes. Des centaines d'années d'utilisation est un avantage.

La synergie (Xiang Xu) est l'action de combiner des plantes ayant les mêmes propriétés pour augmenter l'effet de chacunes. L'assistance (Xiang Shi) est la combinaison à une plante principale, d'autres plantes ayant des propriétés différentes pour renforcer l'action de la première. La neutralisation (Xiang Sha) permet à un ingrédient de diminuer l'action toxique d'un autre. La crainte (Xiang Wei) représente la contrepartie de la neutralisation. L'opposition (Xiang Wu) est la propriété qu'a une substance de s'opposer à l'action d'une autre. L'incompatibilité (Xiang Fan) est la propriété qu'ont deux substances de produire des effets indésirables et dangereux lorsqu'ils sont utilisés ensemble. Il y a 18 incompatibilités. L'inhibition (Wei) est la réduction ou la suppression complète de l'activité de certaines substances, causés par la présence simultanée d'une autre substance dans la préparation. Il y a 19 inhibitions.

Interactions pharmacodynamiques entre plantes et médicaments
Lorsque plantes et médicaments ont la même action thérapeutique, ils vont interagir entre eux. Cette interaction présente des risques plus importants pour les substances qui ont des actions sympathomimétiques, cardio-vasculaires, diurétiques, anticoagulantes et anti-diabétiques.

Les plantes avec une action sympathomimétique comme l'éphédra (Ma Huang) peut interagir avec beaucoup de médicaments comme les hypotenseurs et devrait être utilisé avec attention chez les patients souffrant d'hypertension, d'ACV, de diabète.

Les médicaments et de plantes à action diurétique, peuvent additionner ou multiplier leurs effets thérapeutiques et rendent l'hypertension plus difficile à contrôler ou provoquer des périodes d'hypotension. Les plantes à action diurétique les plus connus en pharmacopée chinoise sont poria cocos (FuLing), polypori umbellati (Zhu Ling), semen plantaginis (Che Qi Zi) et alismatis orientalis (Ze Xie).

Les plantes anticoagulantes sont classées dans la catégorie des substances qui font circuler le sang et dispersent les amas (Huo Xue Qu Yu Yao). Des plantes comme salviae miltiorrhizae (Dan Shen), angelica sinensis (Dang Gui), ligustici (Chuan Xiong), persicae (Tao Ren), carthamus tinctorii (Hong Hua) peuvent interférer avec le Coumadin (Warfarin) et prolonger le temps de saignement. Cette synergie peut être avantageuse pour le patient si elle permet de réduire le dosage de Coumadin et ainsi diminuer les effets secondaires de ce médicament. Cette réduction ne peut se faire sans une surveillance rigoureuse, la coopération du patient et une bonne communication entre l'acupuncteur et le médecin traitant.

Les plantes et les médicaments anti-diabétiques doivent être utilisé avec précaution pour obtenir un bon contrôle du taux de glucose sanguin sans provoquer d'hypo ou hyperglycémie.

Les plantes aux actions hypoglycémiques les plus connus sont des paires: anemarrhena asphodeloidis (Zhi Mu) et gypsum fibrosum (Shi Gao) un minérai, scrophularia nigpoensis (Xuan Shen) et atractylodes (Cang Zhu), dioscorea oppositae (Shan Yao) et astragale membranacei (Huang Qi).

Conclusion
 Il est fréquent qu'une personne consulte plusieurs thérapeutes pour se traiter. Cette personne se retrouve à prendre plusieurs médicaments, plantes médicinales et vitamines en même temps. Il est difficile de prédire si cette combinaison va provoquer des effets indésirables ou non. D'un autre côté, il ne serait pas sage d'abandonner l'utilisation des plantes médicinales par peur des interactions. La solution est une meilleure connaissance et compréhension de l'action des médicaments et des plantes médicinales. N'oublions pas que ces personnes nous consultent parce qu'elles ne sont pas satisfaites par les traitements offerts en médecine occidentale. Elles désirent une médecine qui respecte plus les besoins naturels de l'être humain. Les plantes médicinales ont une action plus harmonieuse et moins d'effets secondaires que les médicaments.

http://webperso.mediom.qc.ca/~herbesor/prevention.htm