mardi 28 février 2012

Interactions entre plantes chinoises et médicaments


Prévention des interactions entre les plantes médicinales et les médicaments:
Une interaction possible concerne la possibilité qu'une substance affecte l'assimilation ou l'efficacité clinique d'une autre substance quand deux substances ou plus sont prises ensemble.

La plupart des interactions possible peuvent être classifiées en deux catégories : interaction pharmacocinétique et pharmacodynamique.

Les interactions pharmacocinétiques
Les interactions pharmacocinétiques référent à tout changement dans l'absorption, la distribution, la transformation, le métabolisme et l'élimination des molécules des plantes ou des médicaments dans le corps humain.

L'absorption
La majorité de l'absorption a lieu dans les intestins quand les plantes ou les médicaments passent de la paroi des intestins pour entrer dans le sang.

Des médicaments comme Questran (cholestyramine), Colestid (colestipol), Carafate (sucralfate) peuvent lier les molécules des plantes et empêcher celles-ci de passer à travers la paroi des intestins en les rendant trop grosses.

D'autres médicaments qui changent le PH de l'estomac comme les antiacides, Tagamet (cimetidine), Pepcid (famotidine), Axid (nizatidine), Santac (ranitidine) et Prilosec (omeprazole) vont neutraliser, décroître ou inhiber la sécrétion de l'acide gastrique. Cela peut diminuer la décomposition des substances dans l'estomac et provoquer une pauvre absorption dans les intestins. Pour éviter cela, il suffit de séparer la prise des plantes et de ces médicaments de deux heures.

Les médicaments qui agissent sur la motilité intestinale c'est à dire le temps de passage du bol alimentaire de l'estomac au rectum, vont influencer l'absorption. Les médicaments comme Reglan (metoclopramide) et Propulsid (cisapride) en augmentant la motilité intestinale, vont diminuer l'absorption des plantes médicinales. Des médicaments comme Haldol (haloperidol)

en diminuant la motilité intestinale vont augmenter l'absorption des plantes médicinales. Il pourra être nécessaire d'augmenter ou de diminuer le dosage des plantes médicinales en fonction de cela.

Distribution
La notion de distribution réfère au processus par lequel les plantes ou les médicaments sont apportés aux différentes parties du corps. Il y très peu d'interactions connues dans le processus de distribution entre les plantes et les médicaments sauf pour des médicaments comme le Coumadin (warfarin) qui ont une marge de sécurité très faible et une grande capacité de se lier aux protéines. Coumadin un anticoagulant, interagit avec beaucoup de médicaments, de vitamines, d'aliments et de plantes à travers différents mécanismes. Il est difficile de prévoir si telle ou telle plante va interagir avec le Coumadin. La prudence est donc de mise : dosage faible au début et suivi serré. Si le patient montre des signes de saignements ou d'hématomes, son médecin traitant doit être averti immédiatement.

Le métabolisme
La plupart des plantes médicinales et des médicaments sont métabolisés par le foie pour inactiver leurs dérivés. La vitesse que prend le foie pour métaboliser ces subtances, détermine la période de temps que ces plantes ou médicaments restent dans le corps. Si le foie est stimulé, ces plantes ou médicaments vont devenir inactives plus rapidement et leur efficacité va diminuer. Ces médicaments n'ont pas un effet immédiat mais sur plusieurs semaines. Dilantin (phenytoin), Tegretol (carbamazepine), phénobarbitals et refampin sont des exemples de médicaments qui accélère le métabolisme du foie. Le patient peut avoir besoin de plus grande dose de plantes pour avoir l'efficacité souhaité. Les médicaments qui inhibent le métabolisme du foie comme Tagamet (cimetidine), erythromycin, éthanol, Diflucan (fluconazole), Sporonox (itraconazole) et Nizoral (ketoconazole), peuvent nécessité un dosage réduit de plantes pour éviter des effets secondaires.

Élimination
Comme le foie, les reins sont responsable d'éliminer plantes et médicaments du corps. Certains médicaments comme amphoterici, méthotrexate, tobramicin et gentimicin , endommage les reins et diminuent ses capacités d'élimination. Il serait prudent dans ces cas de diminuer les dosages de plantes.

Interactions pharmacodynamiques
La pharmacodynamique réfère aux actions antogoniques ou synergiques des plantes ou des médicaments entre eux. Une action synergique arrive lorsque deux substances ont des propriétés identiques, dont additionnent ou multiplient leurs actions. Une action antagonique signifie qu'elle diminue ou annule leur effet thérapeutique. Ce type d'interaction est plus difficile à prévoir que les interactions pharmacocinétiques. La prudence commande de suivre de près les patients et de réagir à tout signe, symptôme ou réaction anormale.

Interactions pharmacodynamiques entre plantes médicinales
Heureusement ce type d'interaction est bien documenté en pharmacopée chinoise. Tout bon livre de matéria médica en pharmacopée chinoise débute par un chapitre expliquant ces phénomènes. Des centaines d'années d'utilisation est un avantage.

La synergie (Xiang Xu) est l'action de combiner des plantes ayant les mêmes propriétés pour augmenter l'effet de chacunes. L'assistance (Xiang Shi) est la combinaison à une plante principale, d'autres plantes ayant des propriétés différentes pour renforcer l'action de la première. La neutralisation (Xiang Sha) permet à un ingrédient de diminuer l'action toxique d'un autre. La crainte (Xiang Wei) représente la contrepartie de la neutralisation. L'opposition (Xiang Wu) est la propriété qu'a une substance de s'opposer à l'action d'une autre. L'incompatibilité (Xiang Fan) est la propriété qu'ont deux substances de produire des effets indésirables et dangereux lorsqu'ils sont utilisés ensemble. Il y a 18 incompatibilités. L'inhibition (Wei) est la réduction ou la suppression complète de l'activité de certaines substances, causés par la présence simultanée d'une autre substance dans la préparation. Il y a 19 inhibitions.

Interactions pharmacodynamiques entre plantes et médicaments
Lorsque plantes et médicaments ont la même action thérapeutique, ils vont interagir entre eux. Cette interaction présente des risques plus importants pour les substances qui ont des actions sympathomimétiques, cardio-vasculaires, diurétiques, anticoagulantes et anti-diabétiques.

Les plantes avec une action sympathomimétique comme l'éphédra (Ma Huang) peut interagir avec beaucoup de médicaments comme les hypotenseurs et devrait être utilisé avec attention chez les patients souffrant d'hypertension, d'ACV, de diabète.

Les médicaments et de plantes à action diurétique, peuvent additionner ou multiplier leurs effets thérapeutiques et rendent l'hypertension plus difficile à contrôler ou provoquer des périodes d'hypotension. Les plantes à action diurétique les plus connus en pharmacopée chinoise sont poria cocos (FuLing), polypori umbellati (Zhu Ling), semen plantaginis (Che Qi Zi) et alismatis orientalis (Ze Xie).

Les plantes anticoagulantes sont classées dans la catégorie des substances qui font circuler le sang et dispersent les amas (Huo Xue Qu Yu Yao). Des plantes comme salviae miltiorrhizae (Dan Shen), angelica sinensis (Dang Gui), ligustici (Chuan Xiong), persicae (Tao Ren), carthamus tinctorii (Hong Hua) peuvent interférer avec le Coumadin (Warfarin) et prolonger le temps de saignement. Cette synergie peut être avantageuse pour le patient si elle permet de réduire le dosage de Coumadin et ainsi diminuer les effets secondaires de ce médicament. Cette réduction ne peut se faire sans une surveillance rigoureuse, la coopération du patient et une bonne communication entre l'acupuncteur et le médecin traitant.

Les plantes et les médicaments anti-diabétiques doivent être utilisé avec précaution pour obtenir un bon contrôle du taux de glucose sanguin sans provoquer d'hypo ou hyperglycémie.

Les plantes aux actions hypoglycémiques les plus connus sont des paires: anemarrhena asphodeloidis (Zhi Mu) et gypsum fibrosum (Shi Gao) un minérai, scrophularia nigpoensis (Xuan Shen) et atractylodes (Cang Zhu), dioscorea oppositae (Shan Yao) et astragale membranacei (Huang Qi).

Conclusion
 Il est fréquent qu'une personne consulte plusieurs thérapeutes pour se traiter. Cette personne se retrouve à prendre plusieurs médicaments, plantes médicinales et vitamines en même temps. Il est difficile de prédire si cette combinaison va provoquer des effets indésirables ou non. D'un autre côté, il ne serait pas sage d'abandonner l'utilisation des plantes médicinales par peur des interactions. La solution est une meilleure connaissance et compréhension de l'action des médicaments et des plantes médicinales. N'oublions pas que ces personnes nous consultent parce qu'elles ne sont pas satisfaites par les traitements offerts en médecine occidentale. Elles désirent une médecine qui respecte plus les besoins naturels de l'être humain. Les plantes médicinales ont une action plus harmonieuse et moins d'effets secondaires que les médicaments.

http://webperso.mediom.qc.ca/~herbesor/prevention.htm


Les élixirs et les traumatismes tendino-musculaires


Utilisation en externe uniquement.
Les baumes ont été développé pour disperser les stagnations de Qi et de sang, et traiter des blessures sportives, prolongeant ainsi la carrière d'un athlète et sa santé.

Un coup porté accidentellement au tibia peut être extrêmement douloureux, causant souvent la formation d’une enflure sur le tibia. Plutôt que l'utilisation de la glace pour réduire le gonflement, massez avec la lotion sur la zone atteinte. Aplanir doucement les masses, dispersant ainsi le Qi et le Sang stagnant. Renouveler l’application toutes les heures. On peut également appliquer de l’HE d’hélicryse italienne.

La prescription suivante est pour réaliser une lotion pour les traumatismes qui sera efficace pour traiter une large variété de blessures sportives. Dans cette formule, les herbes de nature froide et de nature chaude sont soigneusement équilibré pour que les herbes de nature froide réduisent l'inflammation et le gonflement aussi efficacement que la glace, tandis que les herbes de nature chaude arrêtent la douleur, promeuvent la circulation et rompent les accumulations de sang et de liquides.

Comment fabriquer les lotions ? 
12g Da huang (Rhizoma rhei)
12g Zhi zi (Fructus gardenia jasminoidis)
12g Hong hua (Flos carthami tinctorii )
12g Huang bai (Cortex pbellodendri)
12g Mo yao (Myrrha)
12g Ru xiang (Gummi olibanum)
12g Xue jie (Sanguis draconis)
12g Lu lu tong (Fructus liquidambaris taiwanianae)
12g Dang gui wei (Angélica sinensis)
800 ml d’alcool naturel : de riz, vodka, gin.

La préparation 
Découper les plantes en petits morceaux afin de faciliter l’extraction des principes actifs.
Mettre les substances dans le récipient.
Ajouter l’alcool et fermer hermétiquement le récipient.
Laisser macérer 6 semaines. Cependant il est à noter que la macération peut être maintenue très longtemps, plusieurs mois. Plus elle est longue plus le vin médicinal sera puissant en qualités.
Lors de la macération, agiter la préparation au moins une fois par jour.
Conserver fermé à l’abri de la lumière et au frais, mais non pas au réfrigérateur. Il est possible de transvaser le liquide dans une bouteille.
Stocker la bouteille à l’abri de la lumière et de la chaleur.
Si l’on peut pas attendre les 6 semaines, verser un peu dans une petite bouteille de verre pour l'utilisation immédiate et stocker le reste.

Applications :
1. Contusions : Verser une petite quantité de cette lotion dans la paume et tapoter doucement la zone blessée. Cela aide à le faire pénétrer. Utiliser alors le pouce ou trois doigts pour masser les endroits endolories et dissoudre les masses ou les accumulations. Augmenter la pression au fur et à mesure de la sédation de la douleur.

2. Elongation musculaire : Masser avec la lotion en essayant de rompre les nodosités musculaires en suivant les fibres musculaires. Masser aussi les insertions musculaires.

Par exemple :
Tapoter avec la lotion sur la zone douloureuse.
Faire un Anroufa autour du secteur endolori.
Tuifa en opposition pour rompre les nouures
Masser les tissus en profondeur

3. Entorses et déchirures:
Masser doucement avec la lotion sur la zone blessée. S’il y a un gonflement , commencer par le bord externe de l’enflure et faire un anroufa léger.
Ajouter un peu plus de lotion sur les bouts des doigts et alléger la pression du anroufa lorsqu’on se déplace vers l’intérieur de l’enflure.
Une fois à l’intérieur de l’enflure exercer une légère pression vers l’extérieur afin d’évacuer le sang et le liquides stagnants, loin du secteur gonflé dont ils pourront être ré-absorbés.

LOTION POUR LES TENDONS
Tandis que la lotion pour les traumatismes est idéal pour les bleus et les contusions aiguës, les blessures enflammées et gonflées, la lotion pour les tendons est employée pour les blessures chroniques des tendons et des ligaments (entorse récidivante, réapparition des tendinites,…).
Cette lotion contient beaucoup plus d'herbes échauffantes qui agissent pour stimuler la circulation locale. L'inclusion de ces herbes de nature chaude est très importante dans le traitement des blessures chroniques des tendons comme le tennis elbow parce que, à la différence des muscles, les tendons n'ont pas de provision directe de sang. C'est pourquoi ce genre de blessures peuvent être récalcitrantes et lentes à guérir. L'augmentation de la circulation locale empêche aussi le froid et l'humidité de pénétrer dans le secteur blessé.

La lotion pour les tendons ne doit pas être employée lorsqu’ il y a une inflammation résiduelle. Dans les cas de tendinite, il n'est pas rare d’y trouver une inflammation résiduelle, qui peut s'enflammer si la chaleur directe ou des lotions chauffantes, des cataplasmes sont appliqués. Comment savoir s'il y a inflammation résiduelle ? Si la chaleur apaise la douleur, on peut utiliser la lotion les tendons. Si l’on est pas tout à fait sûrs, appliquer la lotion deux fois par jour pendant 1 ou 2 jours. Si la douleur empire, appliquer la lotion des traumatismes.

Substances médicinales pour la lotion des tendons: utilisation en externe uniquement.
12g  Cao wu (aconiti kusnezoffii)
12g  Chuan wu (aconiti carmicbaeli)
12g  Tao ren (Semen persica)
12g  Ma huang (Herba ephedrae)
12g  Zi ran tong (Pyritium)
12g  Mo yao (Myrrha)
12g  Ru xiang (Gummi olibanum)
12g  Da huang (Rhizoma rhei)
12g  Lu lu tong (Fructus liquidambaris taiwanianae)
12g  Zhang mu (Lignum camphora)
Les substances médicinales sont macérées avec l'alcool de riz (saké), vodka ou gin. Suivre la méthode de l’élixir pour les traumatismes.

Comment appliquer lotion pour les tendons
Mettre quelques gouttes de lotion pour les tendons sur la pulpe des doigts et masser la zone lésée du tendon pendant plusieurs minutes. La pression du Anroufa doit être assez pénétrante mais elle ne doit pas être douloureuse. Cette lotion est vraiment hyper-efficace pour les problèmes tendineux.

Source: formation Tuina du CFTMC
- Extrait du « A tooth from the tiger's mouth » de Tom Bisio

ACUPRESSION ET SOMMEIL



L'acupression améliore la qualité du sommeil chez les personnes âgées en institution, cette action est spécifique du point d'acupuncture.

Plan expérimental
Essai comparatif randomisé acupression versus acupression sur non-points et versus absence d'acupression.

Cadre expérimental
Institution de 750 lits à Taipei (Taiwan).

Patients
Sont recrutés les résidents volontaires de l'institution remplissant les critères suivants : 
- âge de 60 ans ou plus ;état mental normal ; 
- capacité à communiquer en mandarin ou en taiwanais ; capacité à rester assis 15 minutes ; 
- maintien dans l'institution le week-end ; absence de pathologie locale proche des points d'acupuncture choisis.
- 102 patients sont inclus dans l'étude (62% d'hommes, age moyen 79 ans, données basées sur les patients ayant terminé l'étude).

Interventions
Les patients sont randomisés en 3 groupes :
1) acupression: 20VG (Bai Hui), 20VB (Fengchi), An mian, 7C (Shen Men) et Shen Men auriculaire. La pression du point doit déclencher une réaction d'engourdissement, de distension ou de chaleur. La séance est limitée à 15 minutes : 5 minutes de massages des doigts, puis 10 minutes de massages des points à raison de 2 minutes par point. La séance a lieu entre 13h00 et 22h00, une séance par jour, 5 jours par semaine sur 3 semaine (de la 2ème à la 4ème semaine). Les séances sont réalisées par un praticien qui a spécialement suivi une formation de base de 10 semaines en acupuncture dans le cadre d'une formation continu certifiée par l'Association of the Modern Acupuncture Research.

2) acupression sur non-points : utilisation de non-points situés de 1 à 3 cun des vrais points et hors du trajet du méridien.

3) contrôle sans acupression

Critères de jugement
Critère principal : le score au Pittsburgh sleep quality index (PSQI). Cette échelle possède 7 items (qualité subjective du sommeil, latence de l'endormissement, durée du sommeil, utilisation d'hypnotiques …) avec un score global PSQI variant de 0 à 21 (un score ³ 5 détectant un trouble du sommeil). Le PSQI est évalué en pré-intervention (1ère semaine) et en post-intervention (5ème semaine). Critères secondaires : la fréquence et la durée des réveils nocturnes. Ces données sont recueillies quotidiennement de la 2ème à la 4ème semaine.

Résultats
18 patients, 6 par groupe sont sortis de l'étude pour diverses raisons (hospitalisation, voyage….). L'amélioration du score global PSQI est plus importante dans le groupe acupression comparée aux deux autres groupes. A l'analyse item par item, l'acupression a un effet supérieur dans la qualité subjective du sommeil, la latence d'endormissement, la durée du sommeil, mais non sur la consommation d'hypnotique. La diminution de la fréquence et la durée des réveils nocturne est plus importante dans le groupe sous acupression.

Conclusions
L'étude confirme l'efficacité de l'acupression dans les troubles du sommeil du sujet âgé.
 Les insomnies chez le sujet âgé constituent un champ d'application d'un haut intérêt pour l'acupuncteur. 10% de la population se plaint de troubles du sommeil et 40% des consommateurs d'hypnotiques sont des sujets de plus de 60 ans. Il s'agit d'un sujet important de santé publique. Ceci doit logiquement amener l'acupuncture en thérapeutique de première intention. Nous n'avons identifié que deux essais contrôlés randomisés dans le domaine des insomnies.

- L'acupression (semen vaccariae) au niveau auriculaire (Shen Men, Sympathique, Cœur, Foie, Endocrine, Vertèbres Cervicales et Subcortex) sur 30 jours est supérieure à 10mg de Diazépam.

- Sur des études polysomnographiques effectuées avant et après traitement, l'acupuncture "selon les règles traditionnelles" est supérieure à une acupuncture sur des non-points.

Sur le plan méthodologique, plusieurs points mériteraient d'être précisés (principalement la randomisation et les sorties d'essais. L'étude n'est pas réalisée en insu évaluateur : le PSQI n'est pas basé sur un auto questionnaire, mais probablement sur un interview des patients (à vérifier) par l'évaluateur qui est aussi le praticien. Il s'agit là bien sur d'un défaut important (mais comme le soulignent les auteurs il s'agit aussi d'un problème de budget, de temps et de personnel).

Après acupression, il n'est pas mis en évidence de différence quant à la consommation d'hypnotiques. Mais l'étude n'avait pas pour objectif un sevrage, et il ne semble pas que des conseils particuliers aient été donnés.

Sur le plan de la technique manuelle, il faut noter la recherche du deqi par simple pression (obtention d'une sensation d'engourdissement, de distension ou de chaleur). La pression appliquée est de l'ordre de 3,7 Kg à 4,0 Kg. Dans leur traité de base sur l'acupression, Jia Lihui et Jia Zhaoxiang, décrivent des pressions de 7Kg (pression faible) à 12,6 Kg (pression forte), il est vrai en technique de tapotement. Les pressions très fortes atteignent 60 Kg. Pour avoir subi ce traitement à Shanghai, je peux témoigner que de telles pressions sont extrêmement pénibles à supporter !

L'élément tout à fait remarquable de l'étude est la qualité du processus qui a amené à l'élaboration et la réalisation du protocole d'acupuncture. C'est la première étude de ce type que je lis, elle doit servir de référence dans les essais en acupuncture. Le protocole a été déterminé après une revue de la littérature et après avis recueillis auprès de praticiens de médecine traditionnelle ayant plus de 10 ans d'expérience. Ce protocole (choix des points, techniques de stimulation, durée et rythme des séances) a été évaluée (sur une échelle de 0 à 100%) par 5 experts. Le niveau de validation par les experts va de 80 à 100%. Les conditions d'application du protocole ont été étudiées, notamment sur 3 paramètres :

- la précision de la localisation des points. Points et non-points ont été localisés sur 20 sujets par le praticien, localisations vérifiées par deux experts. ,

- la reproductibilité de la l'intensité de la pression appliquée au niveau des points. des mesures répétées ont été réalisés pour évaluer la stabilité de la force de pression, notamment en tenant compte d'une éventuelle fatigue du praticien.

- la durée d'application de la pression au niveau de chaque point.

Références et sources
- Lian Nan et al. Insomnia treated by auricular pressing therapy. Journal of TCM 1990;10(3):174-75.
- Montakab H. [Acupuncture and insomnia].Forsch Komplementarmed 1999;6(1):29 31.
- Jia Lihui et Jia Zhaoxiang. Traitement par pression sur des points. Editions Scientifiques et techniques du Shandong, Jinan
Mei-Li Chen, Li-Chan Lin, Shiao-Chi Wu, Jaung-Geng Lin.
- The effectiveness of Acupuncture in improving the quality of sleep of institutionalized residents., Journal of Gerontology : Medical Sciences 1999;

CRISE D'ANGOR ET MASSAGE

Effets thérapeutiques du massage sur la crise d'angor chez 30 patients atteints de maladie coronarienne

Fang Cunzhong: Académie chinoise des sciences médicales chinoises, Pékin 100700, Chine

Le massage des points jueyinshu (14V) et xinshu (15V) a été utilisé pour soulager la crise d'angor (ou angine de poitrine) chez 30 patients atteints de maladie coronarienne.

Données cliniques
Pour les 30 patients (19 hommes, 11 femmes), âgés de 45 à 62 ans, l'ancienneté de la maladie variait de 1.5 à 4.4 ans (soit une moyenne de 2 à 3 ans).

Les symptômes principaux étaient: douleur paroxystique derrière le sternum et sensation d'oppression dans la poitrine, avec douleur irradiant dans l'épaule et le haut du bras du côté gauche.
- 24 patients souffraient d'attaques intermittentes, et les 6 autres d'attaques fréquentes (chacune durant 3 à 5 minutes).

Tous les patients avaient recours à la prise de médicaments contre les douleurs cardiaques à base de produits tels que la nitroglycérine et le dinitrate d'iso-sorbide. Pendant les crises d'angine de poitrine, le segment SX de l'électrocardiogramme présentait une dépression supérieure à 1 mm. Le test de contrôle à l'effort était positif (dépression du segment ST supérieure à 1 mm), avec inversion de l'onde T* [signes d'ischémie, N.D.T.].

Méthodes de traitement
Les patients se sont abstenus de tout médicament pendant la durée du traitement. Les points utilisés sont jueyinshu (14V) et xinshu (15V), situés respectivement à 1,5 cun en dehors de l'apophyse épineuse de la quatrième et de la cinquième vertèbre dorsale.

La méthode « pétrir avec la paume » (roufa) est pratiquée 10 fois de suite, avec force, pour atteindre la couche musculaire, et suivie de la méthode « frotter avec la paume » (ca fa), pratiquée sur les points pendant 5 minutes. La méthode « appuyer avec le pouce » (yafa) est ensuite appliquée aux points jueyinshu (14V) et xinshu (15V) pendant 5 minutes.

La méthode « pétrir avec la paume » est appliquée verticalement sur jueyinshu (14V) et xinshu (15V); ce qui peut provoquer un bruit de léger craquement venant des articulations des vertèbres dorsales.

Le traitement a été pratiqué quotidiennement, chaque séance durant 15 minutes, et 10 séances constituant un cycle de traitement.

Résultats du traitement
Les résultats montrent 24 cas d'amélioration nette, 6 cas d'amélioration, aucun échec. L'effet thérapeutique peut être consolidé par un traitement d'entretien à long terme, au rythme de 2 séances par semaine.

Commentaires
Les maladies coronariennes avec angine de poitrine sont des affections fréquentes. Le massage des points jueyinshu (14V) et xinshu (15V) peut soulager les crises d'angor, la sensation d'inconfort et d'oppression dans la poitrine et les palpitations. Cette méthode est capable de favoriser la circulation du qi et du sang dans les méridiens et collatéraux et d'arrêter la douleur.
La pression sur les points proches des vertèbres dorsales peut corriger les dérangements au niveau des articulations vertébrales, dilater l'artère coronaire et soulager l'ischémie et l'hypoxie du muscle cardiaque.

Source: JMTC de septembre 2006, p.15-16

lundi 27 février 2012

Les nausées et vomissement de la grossesse


Les nausées du matin sont l'un des premiers signes de grossesse même si toutes les femmes enceintes n'en souffrent pas. Ce trouble peut aller de légères nausées à des vomissements très graves et très fréquents. Cela ne dure en général que trois mois environ, mais dans certains cas graves cela peut se prolonger et même durer tout au long de la grossesse

Les nausées du matin sont en relation étroite avec le déséquilibre entre le Sang et le Qi dans le Tchong Mo. Au cours des trois premiers mois de la grossesse, de profonds changements se produisent dans le Jen Mo et le Tchong Mo, et le Sang, le Jing et l'énergie du Rein de la mère qui  nourrissent le fœtus.
Le Sang et le Rein sont dans un état de Vide relatif et le Qi du Tchong Mo remonte à contresens vers l'estomac et la poitrine. Comme le Tchong Mo est en relation étroite avec l'Estomac par le point E-30, le Qi Rebelle dans ce Vaisseau affecte l'Estomac et interfère avec la descente de son Qi, ce qui provoque les nausées et les vomissements.
Etant donné que le Qi de l'Estomac, le Qi du Cœur aussi descend et que les nausées et les vomissements peuvent survenir quand il ne le peut pas, ce qui explique l'utilisation  du MC6  pour les nausées et les vomissements.

Les difficultés du traitement. 
Rappelons qu'il est impératif d'éviter tous les points qui font descendre le Qi de manière trop forte, trop violente, ainsi que ceux qui agissent de manière trop forte sur l'équilibre Qi-Sang du pelvis . L’exemple du point E36 en association avec le E44 pour traiter les vomissements causés par une « Chaleur de l’Estomac »
sont a utiliser avec prudence. En effet, le E36 à lui tout seul a une puissante « force de descente » et qui associer au E44 est potentialisé.

TECHNIQUES ANMO OBSTETRICA®  孕期按摩疗法 (yùn qi ànmó liao fa) 
 Le An Mo Obstetrical® est un système élaborer par Rando Gonzalez Maria, regroupant un ensemble de techniques manuelles issues du Tuina, An Mo, Jie Gu, moxibustion et auriculopuncture.

Traitement Basé sur l’identification du Syndrome
VIDE DE QI DE L'ESTOMAC AVEC FROID-VIDE
- Léger malaise le matin
- nausées sans vomisse ments ou vomissements de liquide clair
- fatigue
- sensation de froid
- peu d'appétit
- dépression
- Langue pâle et mouillée

Principe de traitement
Renforcer l'Estomac, tonifier la Rate, harmoni ser l'Estomac, réchauffer le Réchauffeur Moyen.

CHOIX DES POINTS
V20-V-21 tonifient l'Estomac et la Rate .On peut faire des moxas.
MC6 harmonise l'Estomac et arrête les nau sées. C’est le point dit "de vomification", Le MC 6 a l'avantage énorme de dégager l'énergie vers le haut, libérant ainsi la tension et la plénitude du Moyen Réchauffeur dans un sens qui ne présente aucun risque pour la grossesse.
F13 point Mo de la Rate

Les manipulations doivent être douces et rapides.
Les Anroufa ne doivent pas être fort pour éviter de nuire au foetus.

- Anroufa   F13
- Mofa  VC 14
- Chafa sur les hypocondres + Tuifa avec les deux pouces  placés sous pointe xiphoïde ;
- Fufa dans les diverses directions  et d’ un mouvement vif.
- Gunfa de part et d’autre de la colonne vertébrale
- Anroufa  V20-V21 ou moxas
- Cafa au niveau de V23-V20-V21



Aide au travail de l’accouchement


En pratique clinique pratique, l'utilisation des techniques manuelles du yùn qi ànmó (孕期按摩疗法), sont efficaces dans le soulagement des douleurs de l’accouchement. Par comparaison, le Anmo montre les effets analgésiques  semblable aux effets analgésiques réalisés en acupuncture, comme rapporté dans une étude d'obstétrique (Skelton et Flowerdew).

Les femmes ayant utilisées, cette méthode, témoignent  une réduction de la douleur, ainsi qu’un état de détente, et se disent avoir vécu  une expérience positive de la naissance.

En espèrant que cet article encouragera des praticiens à enseigner et employer ces techniques comme outil d’aide à  l’ accouchement .

Préparation à l’accouchement
Le 21VB, est  un point empirique pour  un travail difficile. Choisi pour que son action descendante, il facilite les premières et deuxièmes étapes du travail.
Technique: appliquer une pression ferme de haut en bas  avec le pouce, ou l'articulation ou le coude. L’application se fait sur les deux épaules à la fois.
 La pression peut être appliquée au début de chaque contraction, ou  appliquer une pression douce et continue et plus intensive pendant les contractions.

V32 (Ciliao)

Un point empirique pour le travail retardé. Choisi pour les effets rapportés , il favorise la dilatation du col et apaise les douleurs lombo-sacré .

Technique:  appliquer une pression ferme en plaçant l’ articulation d’un doigt dans le point. La pression maximum est réalisée par la femme, qui en basculant vers l'arrière s’appui fortement sur la zone stimulée au début d'une contraction. Les V 33 et  V34 sont également  efficaces.

R 1 (Yongquan)
Calme shen. Choisi pour cet effet pendant le travail. Il est intéressant de noter que  des femmes et les sages-femmes disent, que ce point est bénéfique  pendant la deuxième étape, car il détend le périnée.

Technique :  appliquer une  pression forte dans la dépression poussant vers l'intérieur et vers le haut vers le grand orteil.
Ce point a une qualité de détente utile et peut être appliqué à tout moment pendant le travail. En outre il est utile pendant le travail où il y a des sentiments de la panique (par exemple, entrant dans un travail avec une expérience précédente désagréable de naissance).

Gi 4 (Hegu)
Stimule des contractions utérines. Ce point a pour but d'augmenter l'intensité et la fréquence des contractions.

Technique : Appliquez simplement une pression avec le pouce.
Il est très indiqué dans le cadre d’un travail  établi, mais dont les contractions, sont intensité ou de la durée sont irrégulières.
Ce point peut être employé pendant la deuxième étape du travail, facilitant les efforts du corps de faire descendre le bébé . Il est également indiqué pour aider la femme  fatiguée et ne poussant pas efficacement.

Rt 6 (Sanyinjiao)
Facilite le travail, favorise la descente, et donc la contraction utérine.
Il assouplit le périnée, relâche le pelvis.
Technique : appliquer une pression avec le doigt ou le pouce d'index.Il est recommander d'employer ce point sur seulement une jambe à la fois pendant approximativement 60 secondes. Elle peut alors être employée sur la jambe opposée, 20 - 30 minutes plus tard, pour la même durée.

MC 6 (Neiguan)
Un point empirique pour la nausée et vomissement.
Technique :  faire une  pression sur le point, habituellement dans un délai de cinq minutes. De la pression peut être employée sur des poignets, ou seulement un, celui qui soit plus pratique.

Pour que les techniques de Tuina puissent avoir un résultat valable, il est important de les appliquer le plus tôt possible . Les femmes qui ont été les plus satisfaites, sont celles qui ont  commencé à employer les points au début de leur travail.
Les points le plus fréquemment utilisés par les femmes étaient V 32 et VB 21. Ceux-ci ont semblé  être les plus efficace dans le soulagement de la douleur.

Rt 6 et Gi4 ont été fréquemment employés par des sages-femmes. Comme points de préparation au travail, les femmes ont été chargées ont subit la digito-pression sur ces deux points . La fréquence des stimulation des points est de toutes les deux heures. le L'application de ces points sont rapportées comme bénéfique dans les cas où, bien que le travail n'ait pas débuté spontanément, le travail induit résultant était franc et efficace.